« Nous sommes sous le choc. Un établissement comme le nôtre, qui accueille 2000 personnes, est rarement le théâtre d’une scène aussi horrible. On espère tous que la victime va s’en sortir », confie Jérémy (1), un jeune homme scolarisé au lycée Stéphane Hessel, à Toulouse. Mercredi 10 janvier, vers 9h45, un élève s’est poignardé en plein cours, devant toute sa classe et son professeur. Voici ce que l’on sait sur cette tentative de suicide. 

Les faits se sont déroulés en plein cours

Les élèves de terminale, qui ont pénétré dans la salle de classe numéro 37 du lycée Stéphane Hessel pour suivre un cours, ne se doutaient de rien. Peu avant la sonnerie de la récréation, un de leurs camarades s’est soudainement levé de sa chaise, avant de s’enfoncer un couteau dans l’abdomen. La scène d’horreur a choqué tout le monde. 

Conduit sous escorte policière au CHU pour être opéré

Les secours, prévenus par les témoins, sont rapidement arrivés sur place. « Il y avait beaucoup de voitures de police et de nombreuses ambulances », assure un témoin. Après lui avoir prodigué des soins, le Smur et les pompiers l’ont acheminé de toute urgence vers le CHU Rangeuil. Des motards de la police ont escorté l’ambulance pour lui permettre d’atteindre l’hôpital plus rapidement. Les médecins l’ont ensuite opéré avec succès. Les blessures étaient finalement plus impressionnantes que graves. 

Deux plaintes pour harcèlement déposées à la police

La victime affirme avoir été la cible de cyberharcèlement de la part de certains camarades. Le jeune homme de 18 ans a déposé deux plaintes ces derniers mois dont une en octobre 2023. Selon le parquet, il pourrait s’agir d’une simple brouille entre adolescents. Les deux enquêtes ont été classées sans suite. Selon le parquet, l’infraction n’était pas suffisamment caractérisée.  

Cellule de veille

La police ainsi que les services du rectorat ont auditionné la victime ainsi que d’autres élèves et le personnel éducatif. Une cellule de veille a été activée au rectorat. Sans résultat puisque l’affaire a été classée sans suite. 

Une fragilité psychologique ? 

Les lycéens de Stéphane Hessel le décrivent comme un garçon fragile et très anxieux. Il y a quelques semaines, il aurait connu une peine de cœur. À ce stade, difficile de lier cet évènement à un harcèlement scolaire. Son passage à l’acte pourrait être la conséquence d’un mal-être plus « général ». 

Il mettrait aussi en cause un membre du personnel

Dans une lettre envoyée à une amie, qui ressemble à des adieux, la victime aurait raconté son calvaire sentimental. Ses écrits seraient confus mais il se dirait ciblé par des camarades « harceleurs ». Dans cette missive, ce jeune homme pointerait aussi du doigt l’attitude d’un membre du personnel de l’établissement qui lui aurait mis la pression suite aux deux plaintes déposées. Il est néanmoins important de préciser que ces allégations ne sont pour le moment absolument pas confirmées par l’enquête de la police. 

La victime devrait être entendue rapidement

Depuis mercredi, les enquêteurs de la brigade des atteintes aux personnes multiplient les auditions de témoins et du personnel. La victime, qui va nettement mieux, devrait elle aussi être entendues en compagnie de ses parents. Une nouvelle enquête va être ouverte. 

Voir l’article complet : https://www.ladepeche.fr/2024/01/11/un-lyceen-toulousain-se-poignarde-au-milieu-de-la-salle-de-classe-voici-ce-que-lon-sait-du-drame-11689380.php